Projet sous la loupe

Ter Poele – Bruges

Avec le projet « Ter Poele » le bureau d'architectes LMS Vermeersch a élaboré un concept unique pour la Société brugeoise du logement. Le bâtiment accueille les nouveaux bureaux de la société et deux blocs de logements locatifs sociaux. La consommation énergétique de l'immeuble de bureau est assez proche de celle d'une maison passive.

La Société brugeoise du logement a également besoin d'être hébergée dans de bonnes conditions. Il y a deux ans, la société a échangé ses bureaux défraîchis contre un bâtiment neuf dans le parc Ter Poele, un ancien domaine du château de la commune de Sint-Pieters dans la banlieue brugeoise. En plus des bureaux, la société, fidèle à sa mission, a érigé 48 logements locatifs sociaux pour les personnes isolées et les petites familles. Le projet s'inscrit dans une procédure « CBO » de la Vlaamse Maatschappij voor Sociaal Wonen (Société flamande du Logement social). Le sigle CBO (Constructieve Benadering Overheidsopdrachten) désigne l’approche constructive des marchés publics et est synonyme de partenariat public-privé dans le secteur du logement social. L'apport de foncier, la conception du projet et la mise en œuvre sont intégrés dans une procédure unique.

L'architecte Sébastien Vermeersch : « La procédure CBO nous a contraints à travailler selon un calendrier précis et avec un budget strict. Nous avons donc dû choisir les matériaux, les techniques et les méthodes de construction en parfaite connaissance de cause. Un premier exemple réside dans les fondations proprement dites. Le sol assez marécageux ne pouvait pas accueillir les traditionnelles fondations sur pilotis en béton ; nous avons opté pour une amélioration du sol par l'apport de gravier. Après concertation avec l'entrepreneur et l'ingénieur, il est apparu que cette technique permettrait d'obtenir des résultats équivalents tout en offrant une mise en œuvre plus rapide que les fondations sur pilotis ».

Faible consommation d'énergie

Les ailes comprenant les appartements sont recouvertes d'une maçonnerie de parement, qui confère à chacune d'elles sa propre couleur distincte. Il s'agit de blanc et d'anthracite. Ce parement est combiné à un revêtement composé de plaques de façade aux couleurs vives pour un effet ludique. Dans le raccordement des deux ailes, les briques claires et sombres se marient à la couverture extérieure rayée du nouveau bureau de BMH. Ce bâtiment n’est pas seulement intéressant en raison de sa façade, mais c’est surtout sa consommation énergétique particulièrement faible qui vaut le détour. Il affiche en effet une valeur K d'à peine 23 et un niveau E de 68.

« La structure est une ossature épurée en béton constituée de colonnes, de poutres et de voûtes. Les façades du bureau ont été réalisées dans une ossature bois légère qui répond aux normes passives. Les éléments de façade ont été préfabriqués en atelier, montés sur place et remplis d'isolant de haute qualité. L'enveloppe extérieure a ensuite été parachevée avec des plaques de façade colorées en laine de roche pressée. »

Un système de stockage géothermique avec des échangeurs de chaleur verticaux est utilisé en combinaison avec une pompe à chaleur couplée au sol pour approvisionner les bureaux en air chaud et froid. Cela se fait par des poutres climatiques dans le faux plafond avec capteur de mouvement et éclairage intégrés. « Ces poutres sont implantées dans un réseau en fonction de la flexibilité du bâtiment et peuvent être programmées de façon modulaire. Chaque module est commandé automatiquement et réagit dans sa zone de portée à l'activité, à la température et à l'intensité de la lumière. Résultat : un rendement optimal de l'installation. »

Différences de niveau

L'immeuble de bureau a également une fonction de circulation pour les occupants des appartements. Le hall d'entrée de l'immeuble permet d'accéder aux ascenseurs et aux escaliers pour atteindre les passerelles couvertes. « Ces escaliers et ascenseurs tiennent compte des différences de niveau entre le bureau, qui compte trois étages, et les immeubles à appartements composés de quatre niveaux. »  LMS a tenu compte de cet aspect pour la face extérieure du projet en travaillant avec des lignes horizontales et verticales. « Les blocs de logements ont de toute façon une structure horizontale. C'est pourquoi nous avons travaillé avec des profils en U verticaux pour le bureau. Les différences de niveau deviennent ainsi moins visibles et l'immeuble de bureau bénéficie en outre d'une rythmicité claire. »